Δ no church in the wild


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez | 
 

 Δ no church in the wild

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
⋄ annyeong haseyo; i'm
Yoon Trinity

avatar

☆ kings and queens.
kinky admin.ҩ

Ϟ pseudo : salou*

MessageSujet: Δ no church in the wild   Lun 1 Oct - 19:00


yoon trinity.
look at me now !

안녕하세요! mon nom à moi c'est yoon trinity et je suis né(e) le 14 février 1990 à chicago, ce qui fait que j'ai 22 ans. actuellement je suis une pro' des armes et explosifs en tous genres, eh oui ! d'ailleurs, mon porte monnaie se porte plus ou moins bien puisque je suis assez bien lotie pour survivre. sinon, j'ai plus ou moins une sœur et plus ou moins des parents, je suis un perso' inventé et j'aimerai être troublemaker

si j'étais...
un péché:
la gourmandise.
un élément:
l'air.
un objet:
un flingue.
un animal:
un tigre.
une couleur:
le noir (je sais c'est pas une couleur).
une saison: l'automne.
un sentiment:
l'ataraxie.
through my mind.>
DEMAIN JE NE SERAIS PLUS RIEN QU'UN SOUVENIR.


je suis folle. complètement fêlée, le cerveau grillé et la raison brûlée. j'aime pousser le risque jusqu'à ce qu'il soit suicidaire, l'adrénaline est mon modjo, la peur mon stimulant. je chérie les armes à feu comme des animaux de compagnie et tout ce qui peut provoquer une explosion équivaut à l'orgasme le plus saisissant que je pourrais ressentir. je suis dangereuse, je transis d'effrois tout le monde et de ce fait je ne me pose plus de question par rapport à mon extrême solitude.
ça, c'est sûrement ce que la première personne ayant entendu parler de moi vous confiera. et bien que ce ne soit pas complètement faux, je pense qu'il y a quand même deux trois choses à remettre à l'heure. il est clair et net que j'aime le danger. j'aime les armes, j'aime le feu et j'aime tout ce qui est explosif. mais tout ça jusqu'à un certain point... et c'est là-dessus que la plupart des gens se trompe. je pourrais passer pour une folle furieuse, et histoire de vous embrouiller un peu plus, même moi je pense être un peu décalée, quelque part. mais en vérité, je suis simplement ce que j'ai envie d'être devant vous. je me laisse aller à des accès de folie pour que vous tombiez dans le panneau parce que je sais très bien ce que vous en conclurez, et moi, ça m'éclate. hey, les gars, on se réveille ! vous voulez savoir à combien trône mon Q.I ? je vais vous le dire : à 190. et ouais ! et même si l'intelligence ne fait pas la malice, il faut croire que j'ai hérité des deux puisque c'est justement grâce à elle que je peux perturber tout le monde. beaucoup de personnes prétendent me connaitre en disant de moi que je suis tarée, et pourtant rares sont celles qui me connaissent réellement. à bon entendeur.
mais bref, passons le coté chiant de la chose. à coté de ça, je suis à n'en point douter une grande emmerdeuse quand j'en ai envie, alors que la plupart du temps je suis juste... une petite emmerdeuse, héhé. okay, force m'est d'avouer que j'ai un caractère parfois difficile. en règle général, je suis un peu garçon manquée - et pourtant je ne manque pas de sensualité, crois-moi, je dis tout haut ce que les gens pensent tout bas, je n'ai aucune honte à dire moi-même ce que je pense et il vaut mieux ne pas me la faire à l'envers parce que je suis très douée pour détecter les mensonges. je suis grande gueule, je le sais, mais il n'empêche que quand je tire la tronche et que j'ai l'air d'être à deux doigts de te mordre si tu m'adresses la parole, alors c'est que ce n'est pas qu'une image et que tu ferais mieux de me laisser tranquille. je suis comme tout le monde, j'ai besoin de moments de solitudes où je ne veux avoir à faire qu'à moi-même. juste que je peux te le faire comprendre par toutes les façons possibles jusqu'à ce que tu cèdes. :)
ne pas se méprendre, non plus. je ne suis pas méchante sans raison, je peux même être de très bonne compagnie quand je suis de bonne humeur et je n'ai aucune raison de m'en prendre à qui que ce soit s'il ne m'a rien fait. malgré ce que tout le monde pense, je ne suis pas un monstre.
open your eyes;;

« mourir. cette innombrable transformation de soi. »
CE TAS DE RÊVES VAINS, SOMBRE DÉLIRE.


si mon prénom sonne étranger, ne vous méprenez pas, je suis une coréenne pure souche. mon père avait seulement des attraits particuliers pour les prénoms aux consonances occidentales, ayant vécu plus de vingt ans aux états-unis, et lui et ma mère ont choisit de donner à leur deux filles deux prénoms originaux qui en plus de ça sont difficilement trouvables ailleurs, même dans le reste du monde. une forme d'amour, j'imagine, bien qu'aujourd'hui, ce n'est plus qu'une question de paperasses et formalités pour qu'on termine par réellement m’appeler par ce que je suis : une héritière déshéritée. eh oui. mes parents sont à la tête du plus gros groupe financiers de corée, et moi, en tant que fille ainée de la famille Yoon, j'étais censée m'occuper de l'entreprise une fois mon tour venu. futur qui ne se réalisera jamais, et je vais vous raconter pourquoi.

alors que mes parents n'étaient même pas sûrs de mon état mental - c'est-à-dire si j'étais réellement surdouée ou pas, le temps leur a donné raison, puisqu'au premier réel test que j'ai fait à l'âge de dix ans, j'ai atteint le score de 160, ce qui est bien plus élevé que la moyenne adulte. l'évidence était là, je suis une enfant surdouée. quelle plaie. quoi, vous pensiez que j'en serais ravie ? et bien, absolument pas, je vais même vous dire une chose, ce q.i m'a bien plus bouffé la vie qu'il ne m'a aidée. mon père voyait en moi la future lui, en mieux. il comptait ouvrir une nouvelle branche dans sa compagnie qui lui permettrait de créer des armes, mettre aux points de nouvelles technologies pour l'armée coréenne, et j'étais là, toute prête à l'emploi pour devenir sa poule aux œufs d'or. ma mère suivait son raisonnement, et j'ai atterrit sans surprise dans une école spécialisée pour ingénieurs, où j'y ai subit une scolarité certes très dure, mais où j'ai appris tout ce que je sais aujourd'hui. je faisais des calculs sans fin, des tests sans fin, et c'est même là que j'ai appris à monter et à démonter une arme ainsi que tous les composants de chaque armes différentes. c'est également là-bas que je me suis prise de passion pour elles. c'était la seule chose que j'appréciais dans mon "entrainement", avec la chimie. très vite, mes parents ont vu que j'avais plus d'aptitudes dans tout ce qui était biochimique, moléculaire, et ils ont fait en sorte que je puisse agrandir mon savoir là-dessus. sauf qu'en cachette, je continuais de vouer un culte aux armes. sans qu'ils ne sachent quoique ce soit. grâce à mes capacités, j'évoluais bien plus rapidement que les autres élèves, et à l'âge de 15 ans j'étais sur le point d'obtenir mon diplôme d'experte en armement et explosifs quand j'ai finalement décidé de me rebeller. ce n'était pas par crise, ou par simple envie d'entrer en conflit avec mes géniteurs. de toute façon ils n'ont de parents que le nom, tous les deux strictes, froids, à l'affection absente et aux preuves d'amour inexistantes. je n'ai pas fait ce que j'ai fait pour attirer leur attention, pour devenir une adolescente qui crache contre l'autorité et les ordres. je l'ai fait pour moi. pour moi-seule j'ai fugué, me suis enfuie aussi loin que je le pouvais durant une pause entre deux cours à l'école. j'y avais longtemps réfléchit mais c'était pour moi comme une évidence : si je voulais sauver ma vie il fallait que je la prenne en mains.
c'est comme ça que je me suis retrouvée sans rien. de tout, je passais à rien, et ce rien me semblait être la meilleure des choses au monde. plus de contraintes, plus d'obligations, disparue cette sensation de n'être qu'un objet aux yeux de ceux pour qui vous devriez être le monde. j'y ai abandonné ma petite sœur, Jessy, et c'est le seul regret qu'il me reste mais malgré tout, à ce moment là, alors que je ne savais même pas ou dormir et que j'ignorais comment j'allais me nourrir, j'étais heureuse parce que j'étais enfin libre. libre de mes capacités, libre de faire ce que je voulais. j'ai passé plusieurs jours à essayer de me cacher comme je pouvais, à manger ce que je pouvais et à dormir où je pouvais. très vite, l'évidence m'est parvenue : si je voulais survivre dans ce monde, il allait falloir que je me serve de ce que je savais faire.

c'est comme ça que je suis arrivé dans l'univers dans lequel je suis encore aujourd'hui. à 15 ans, j'entrais dans la sphère la plus redoutée du pays, le monde des gangs. mes parents voulaient faire de moi un ingénieur, il se sont planté comme des merdes : il ont fait de moi une délinquante. j'ai fait parler de moi, me servant de mes compétences et de mes relations (étudier dans ce milieu, ça donne pas mal de contacts pas forcément fréquentables) pour créer des armes et toutes sortes d'explosifs que je mettais à disposition de qui y mettrait le prix. au début, je vendais mes produits aux plus offrants, mais depuis quelques années je travaille officieusement pour un clan en particuliers : les crips. leur dirigeant, johnny, m'offre un appartement plutôt sympa et me paie à des prix assez avantageux en échange de mon exclusivité envers lui et ses clans. après avoir accepté son offre, il m'a "confiée" à l'un d'eux en particuliers : celui d'asaël. et c'est comme ça que lui et moi on s'est connu... mais ça, on s'en fout, c'est pas important et c'est pas le sujet.
voilà comment j'en suis arrivé là. vous vous demandez sans doute comment s'est déroulé la suite des évènements entre mes parents et moi ? et bien, on s'est revu, évidemment. mais comme ils me l'ont si bien dit, je suis comme morte à leurs yeux maintenant. mon existence a été effacée au sein de la compagnie et est désormais secrète. je suis une tare, et si on venait à découvrir que la fille ainée d'une aussi grande et puissante société appartient dorénavant au monde de la nuit, ce serait une drame sans nom. ma sœur a été officiellement déclarée comme fille unique et sera l'héritière tant voulue de nos chers parents. enfin ça... c'est si elle ne décide pas d'en faire autrement.





salou* ★

tout d'abord, je tiens à dire que je ne suis pas un monstre puisque je vis en france. sinon dans la vrai vie j'ai un certain nombre d'années et, sur le forum, je jouerai CLthequeen. d'ailleurs, j'ai connu stfu par procuration hahaha (non je plaisante), et j'en suis très fier(e) ! je pense pouvoir me connecter environ everyday par semaine. par rp, je dois faire environ 1000 mots en moyenne, c'est pas mal, hein ? le mot magique est go fuck yourself et, pour finir, voici le mot de la fin : meow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⋄ annyeong haseyo; i'm
Yoon Trinity

avatar

☆ kings and queens.
kinky admin.ҩ

Ϟ pseudo : salou*

MessageSujet: Re: Δ no church in the wild   Lun 1 Oct - 19:01

Mes félicitations !

Hier, tu étais tout petit comme ça et aujourd'hui tu es une grande personne. C'est fou comme les enfants grandissent vite et deviennent ingrats. Ta fiche est à présent validée ! Tu fais maintenant partie des troublemakers, tu t'y sentiras bien et tu t'y feras pas mal d'amis, je te le promets. Commence d'abord par te créer une fiche de lien pour te construire un réseau d'amis. N'oublies pas d'aller faire une demande de logement, de multimédia et si tu es étudiant, c'est ici que l'on s'occupera de toi, mais après c'est juste un conseil, à présent tu es grand. Enfin bon, amuse-toi ici, mon cher petit, le flood et la chatbox sont à ta disposition. Tu as beau avoir grandi, j'ai l'impression que tu auras toujours besoin de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Δ no church in the wild

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» no church in the wild. (cheshire)
» Baptême de Wild Cloud
» Sarah Wild
» 07. Girls running wild
» Minnesota Wild

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: before history, administration's things. :: identity card. :: welcome to seoul. :: troublemaker.-